©2019 by plusoumoinsfutile.com. Proudly created with Wix.com

Rechercher
  • Plus ou moins futile

Quant tu es émue d'être respectée par le gynéco...

… Alors que ça devrait être normal. Cet après midi j’avais rendez vous chez le gynéco. L’événement assez banal dans la vie d’une femme, à qui on conseille un suivi annuel chez un gynécologue pour vérifier que tout va bien à ce niveau là. Je vous avouerais que, les sages femmes et généralistes étant à mes yeux tout à fait compétent pour effectuer un suivi “classique” (hors pathologies), je n’avais pas vu un gynécologue depuis 7 ans, le dernier étant celui qui réalisé les points de suture post déchirure pour clôturer mon premier accouchement. Le fait est que là j’avais besoin d’une précision exigeant l’avis d’un spécialiste…

Comme la plupart des femmes de ma génération, j’ai été emmené chez le gynéco assez tôt “parce qu’il fallait m’habituer”, et je me suis vue prescrire la pilule à 16 ans (pour des règles douloureuses, des boutons d’acné parfaitement physiologiques et un début de sexualité balbutiante), puis je l’ai revu tous les ans, j’en ai changé, et puis j’ai été enceinte, et j’ai accouché, et je pensais que c’était “normal” d’être mal à l’aise, traumatisée, d’avoir la tension qui grimpait et le palpitant qui s'emballait. Les violences gynécos sont courantes, banales et entrées dans les moeurs. Le spéculum inséré sans délicatesse, les frottis qui font mal, les stérilets posés alors qu’on est toute tendue, les réflexions blessantes “mais non ma petite dame, la pilule ne provoque pas de prise de poids / de déprime / de baisse de libido, vous devriez voir un psy”, les seins tripotés sans vergogne avec parfois des petites remarques sympas “ça va ils sont tout petits, on le sentirait s’il y avait des ganglions”, les touchers vaginaux quand on est encore vierge pour “vérifier qu’il n’y a pas de tumeur, ça arrive sans crier garde”, le non respect de la pudeur où on est totalement nue les jambes écartés sans pouvoir se sentir un minimum digne ou garder son tee shirt. Je ne parle même pas du suivi de grossesse, où on se prend des doigts dans la chatte chaque mois pour vérifier “l’état du col” sans délicatesse (et sans savoir que ce n’est pas obligatoire!), où tout est alarmant, où la moindre prise de poids un peu importante nous fait passer pour des goinfres irresponsables qui courront droit à la catastrophe diabétique et au bébé de 6kg400, où la sonde de la première écho doit coûte que coûte entrer par notre orifice vaginal “pour mieux voir”, où notre avis n’est jamais pris en compte… et d’ailleurs il vaut mieux ne pas avoir d’avis.

Quant à l’accouchement, les épisios non consentis, les forceps ou ventouses qui sortent de nulle part pour accélérer la sortie du bébé car c’est le changement d’équipe (ou le vendredi soir, ou qu’il y a 12 autres accouchement en même temps, ou le protocole est un peu pointilleux sur cet aspect), les points posés sans anesthésie avec pour certaines un petit cadeau nommé “point du mari” qui te permet de vivre d’atroces souffrances dans ta sexualité car on t’a “resserré” l’entrée du vagin, tous les actes non consentis car on n’est persuadé ne pas avoir le choix…. (etc, etc, etc la liste est longue). Bref, tout ça pour dire que pendant longtemps, comme la plupart des femmes, j’ai trouvé ça normal… Et puis, l’ère d’internet, les discussions avec des femmes ouvertes, mon côté féministe anti violences (patricarcales, matrimoniales, obstétricales, faussement banales) m’ont poussé à trouver des systèmes alternatifs et à essayer d’éveiller les mentalités sur le sujet. Force est de constater que les mentalités évoluent lentement, et que j’avais pris le partie de rester dans mon petit confort avec des professionnel(le)s respectueux(ses) qui avaient des pratiques beaucoup moins invasives et dictés par le “pathologique” (suivi par sage femme, accouchement n°2 en plateau technique…). Sauf que là, je devais trouver un gynéco, et pas le même que celui d’il y a 7 ans qui m’avait gentiment expliqué que les femmes en afrique travaillait jusqu’à l’accouchement alors qu’il n’avait aucun raison de m’arrêter même si mon métier était pénible et risqué, que je contractais toute la journée, et que j’avais 8 de tension. Ni son remplaçant qui m’a hurlé dessus car j’avais pris 25 kg au 7ème mois de grossesse et que j’allais tuer mon enfant. Ni celle d’avant qui m’éclatait mes petits seins pour vérifier que je n’avais pas de cancer à 23 ans et qui m’avait jugé comme une trainée car j’avais changé de partenaire sexuel en cours d’année (mince, j’aurai dû attendre le 31 décembre ou le 1 septembre?).

Bref, me voilà à chercher la perle rare pendant 48h dans toutes les listes et les forums et les sites anti violence gynéco, sans succès…. Certains parlent de mes exs (gynécos) comme s’ils étaient des dieux, et à priori le respect des femmes n’est pas prioritaires (puisque les femmes trouvent ça normal elles n’y voyent pas d’irrespect… my god on part de loin quand même!).

Je finis par trouver, un peu au feeling, une nana jeune avec un nom bizarre, et une photo sur doctolib qui m’inspire confiance (je sais, parfois je manque de critères objectifs dans mes choix mais bizarrement je me trompe rarement… Et je suis totalement capable de me barrer en plein milieu du rendez vous sans payer si j’estime que je ne suis pas respectée).

Juste avant le rendez vous, je sens ma tension monter à 36/15, j’ai des sueurs (mince je vais puer la transpi!) et je ne suis pas sereine, mais j’inspire et j’expire et je m’en sors assez bien. La gynéco arrive, avec 12 minutes de retard, et s’excuse du retard (waouh, le dernier que j’ai vu avait 2H de retard et trouvait ça normal). 1 bon point.

Elle m’explique qu’une stagiaire sage femme est présente et me demande si je suis d’accord pour qu’elle reste. 3 bon points (1 parce qu’elle prend des stagiaires sage femme, 1 autre pour le consentement à ce qu’elle reste, le 3 ème car elle me remercie chaleureusement d’être d’accord)

Elle me pose des questions assez précises sur mes antécédents, ma contraception, et ne porte aucun jugement quant à mes réponses. 1 bon point. Elle m’explique qu’elle souhaite faire vérifier mes seins et faire un frottis et me demande l’autorisation. 1 bon point. Elle m’indique la marche à suivre : je vais dans la petite cabine enlever le haut, elle m’ausculte les seins, puis je retourne dans la petite cabine remettre mon haut et enlever le bas pour faire l’examen gynéco et le frottis. 2 bons points (1 pour les explications très claire, 1 pour le fait de ne pas me retrouver nue comme un ver devant 2 personnes).

Elle m’ausculte avec douceur, prend le temps que je sois détendue avant d’insérer le spéculum, m’explique ce qu’elle fait, se montre rassurante, humaine, non jugeante, bienveillante. 17 bons points. Elle m’explique ce qu’il en est, ne cherche pas à me donner des trucs inutiles ou des savons pourris, m’indique qu’elle me transmettra les résultats car c’est important que les patientes aient aussi les résultats, et me demande si j’ai besoin de précisions ou si j’ai des questions autre. 4 bons points.

Elle m’a raccompagné avec un grand sourire, toujours humaine, humble, et j’avais envie de lui faire un hug tellement j’étais contente… 29 bon points au total contre 1,2 chez ceux d’avant. Je suis repartie le coeur léger, je ne me suis pas sentie en morceau, j’ai eu le sentiment d’être une être humaine importante, dont le corps était un temple respectable, et vraiment je me suis sentie super émue. Alors que ça devrait être la norme, mais ce n’est malheureusement pas le cas. Mais il a des progrès et j'en ai eu la preuve!

Et j’ai eu envie de partager ça, parce que c’est important que les femmes se rendent compte que c’est possible et important d’être respectée dans leur être, dans leurs besoins, dans leurs corps.

Et que c’est grâce à nous, les femmes, que les praticiens changeront de pratiques… Car il est possible de donner notre avis, de poser nos limites et de refuser d’être “maltraitées”. Et aussi que peut être des hommes, des conjoints, des médecins liront ce billet et se rendront compte du point de vue de “celles qui sont allongés sur la table complètement nue, vulnérables, les jambes écartées”. Alors n’hésitez pas à faire passer! (et à partager vos expériences en commentaire :) )



82 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now